AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Beyl Antilles (OK)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Beyl Antilles
PJ
avatar

Nombre de messages : 14
Race : Humain
Date d'inscription : 26/07/2010

MessageSujet: Beyl Antilles (OK)   Lun 26 Juil - 11:38

Nom: Antilles

Prénom: Beyl

Race: Humain
Age: 30 ans

Sexe : mâle

Origine : Alderaan


Carrière: Chevalier jedi (gardien)

Orientation : Bon

Affiliation : République


Description physique: Beyl n'est pas ce qu'on pourrait appeler véritablement un bel homme : un front un peu trop fuyant, des lèvres pas assez épaisses et des yeux trop petits. Cependant, et lui même en est conscient, il émane de lui un charme indéniable venant de ses yeux bleus glacés comme l'eau d'un lac en hiver qui font chavirer ces dames de la noblesse d'Alderaan.
De stature plutôt moyenne, environ 1m80 (bien que lui même aime à se rajouter quelques centimètres...), Beyl est cependant un individu que l'on pourrait se targuer de décrire comme costaud et musclé, signe d'un entrainement à toute épreuve.
Habillé d"une simple bure marron à la "mode" des jedi et de sandales en cuir de Nuna, Beyl est un puriste et il se contente du minimum. Une démarche droite et fière ainsi que son port altier trahit cependant ses origines nobles.

Description psychologique: Il est très difficile de percer la "carapace" qui entoure Beyl (lisez l'histoire !) de prime abord et on pourrait penser que c'est un personnage plutôt distant et perdu dans ses pensées. Beyl se confie rarement à quelqu'un et accorder sa confiance lui est encore plus difficile car, et il faut le souligner, il a peur de la trahison, une peur maladive qui le consume tous les jours.
Ceci est comme je l'avais souligné auparavant de prime abord, mais Beyl est avant tout (et ceci quand on le connait mieux) un individu calme, doux et protecteur qui court après une chimère de son adolescence. Nimbé d'une aura de confiance, Beyl inspire le respect à ceux qu'il entoure mais pas la crainte non, non plutôt cette forme de respect que l'on a pour des gens dont on sait qu'ils cultivent une certaine forme de pouvoir. Vous me comprenez ?
Dernier point qu'il est bon de souligner est le fait que Beyl est quelqu'un d'assez impulsif et qui n'hésiteras pas à mettre sa vie en danger au service d'une cause perdu d'avance......

Histoire: Je voudrais préciser que ce qui va suivre est mon histoire personnelle mais surtout ne me jugez pas et ne me fustigez pas pour les actes que j'aurais commis. Essayez simplement de me comprendre et écoutez comme moi je l'ai fait votre coeur....

Mon enfance

Je suis né à Alderaan dans le riche domaine des Antilles. Pour ceux qui ne le savent, la planète Alderaan est depuis toujours gouverné par deux familles puissantes : les Organa et les Antilles. Ce ne sont pas deux factions rivales, au contraire elles ont toujours oeuvré pour le maintien de la paix et de la prospérité.
Revenons à notre histoire, comme je vous le disais j'ai donc été élevé dans la plus pure tradition d'Alderaan dans un palais doré. Mes parents étaient des gens merveilleux bien que mon père travaillait plus à la Chambre du Conseil d'Alderaan qu'il n'était à la maison. Peut-on parler de maison ? Nous vivions dans un palais construit au bord du lac Bretaan. Mon premier souvenir remonte à l'âge de 5 ans lorsque depuis mon balcon je regardais tous les soirs le soleil se fondre dans les eaux limpides du lac. C'était un spectacle magique : les reflets mordorés de l'astre céleste balayaient tout le palais en teintes irisées et dorées, les oiseaux s'envolaient au loin dans les montagnes dans une sorte de ballet orchestré depuis des milliers d'années. C'était le bon temps, la vie "simple" ^^ et heureuse. Notre palais était un bijou avec ses arabesques qui ornaient les encadrements des portes et son jardin central. A ce propos je me rappelle encore aujourd'hui une journée d'été où je jouais avec un ami lorsque j'avais 6 ans et le jardinier nous demande alors en montrant du doigt une petite fleur banhe délicate : "Quelle est cette plante mes jeunes gens, vous savez ?" De manière innocente nous lui avions répondu une marguerite alors qu'il s'agissait en réalité d'une edelweiss que l'on ne trouvait que dans les plus hautes montagnes de la paisible Alderaan ! Une fleur donc très rare, pas comme la marguerite !!
Ce fut une époque heureuse où mes journées se déroulaient de manière bien rythmée puisque mes parents avaient fait appel à un précepteur pour m'initier à des matières qui me faisaint soupirer plutôt qu'autre chose. Moi ce qui me plaisait, c'était m'étendre seul dans l'herbe grasse et admirer les montagnes aux pics éternellement enneigés. Je me disais souvent que même lorsque les deux familles régnantes ne seraient plus là, ces montagnes seraint encore là, symbole d'éternité. (il avait tort, rappelez vous une histoire d'un grand moff et d'un bouton rouge...)

Amberle

Tout (ou presque) bascula le jour de mes 18 années. Ce jour là, je m'étais sauvé de mes cours pour éviter les sempiternelles remontrances de mon précepteur, sauf que je ne savais pas que ce jour là mon père avait invité des déléguations des représentants de chaque famille noble d'Alderaan et leurs familles. Je me rappelle cet instant comme si c'était hier : alors que je trainais dans le long couloir menant aux appartements, je croisai la dernière des fille Organa qui avait elle aussi 18 ans. Mon coeur fit un bond, elle était superbe, pas belle au sens commun de la chose peut-être, mais extrêmement jolie. Elle était menue et gracile, elle avait des cheveux marron bouclés qui lui tombaient en cascade sur les épaules, de grands yeux marrons, un nez fin et délicat et des lèvres sensuelles. Habillé d'une robe jaune pastel qui cachait ses formes (peu généreuses ^^), elle semblait être une apparition divine. Je la regardais fixement voire béatement. Je n'arrivais pas à détacher mon regard de ce visage si doux et aimant. Elle sembla m'ignorer et me toisa avec mépris ce qui me blessa fortement.
Cependant au cours des mois qui suivirent nous devirent vite amis avions l'habitude de sortir en cachette de nos maisons respectives pour aller dans un bar à la réputation douteuse tenu par un snivvien qui demandait toujours avec sa voix bourrue : "Quech que vous voulez ptites gens ?" C'était des moments agréables d'insouciance tranquille pendant lesquels nous nous imaginions être deux héros sauvant la galaxie de la vilennie et pourfendant le mal.
Un épisode me marqua plus que les autres : tous les soirs nous avions l'habitude de nous retrouver près du lac Bretaan et nous restions assis là à raconter des histoires drôles et à admirer ce superbe paysage (je vous ai déjà parler des oiseaux, montagnes et tout le saint fruscain ???^^) Bref nous avions désormais 20 ans et nous étions assis seuls dans l'herbe côte à côte. C'est alors qu'après un long silence je lui souffla 3 mots dans l'oreille qui changèrent le cours de ma destinée : (vous n'avez pas encore deviné ??? non !) "Je t'aime". Je m'attendais à un refus ou à quelque chose de la sorte mais elle n'en fit rien, elle se pencha vers moi et me glissa "Je sais" puis nos lèvres se rencontrèrent dans la chaleur de la soirée d'été. Mes mains caressèrent sa peau douce et le reste je vais pas en faire une description quand même !!! ^^
Bref nous vivions alors comme ceci pendant un an, nous tenions cette relation secrète.

Un pouvoir se réveille

Puis un jour, alors que nous étions en ville, nous entendirent de grands bruits comme des verres qu'on cassait ou comme quelque chose qu'on détruisait. En sortant d'une échoppe de soierie, nous eûmes une vision apocalyptique : des trandoshans esclavagistes semaient la terreur dans la ville d 'Agrippa. Ils tiraient sur les enfants et les hommes et volaient les femmes. Je criai alors à Amberle (elle s'appelle Amberle, j'avais oublié..) de se cacher et de fuir mais elle était paralysé par la peur alors je fis un geste que je regrette encore aujourd'hui je me suis sauvé et me suis caché derrière un muret. De là je pus observer Amberle se faire capturer et malmener mais je restais interdit devant ce spectacle ne cherchant même pas à la sauver par couardise. Elle s'enfuyait en criant mon nom : "Bey, Beyl, aide moi je t'en supplie !!" Encore aujourd'hui je me souviens de ces mots qui brûlent dans mon esprit.
C'est alors que des trandoshans s'approchèrent de moi et alors que tout semblait perdu, leurs blasters pointés vers mon torse, je sentis quelque chose se briser en moi. C'était comme des chaînes qu'on avait maintenu trop longtemps sous pression et je sentis une énergie brute, colossale, destructrice m'envahir. ma vue se brouilla et je tombai dans les pommes. Lorsque je me réveillai, tout était flou dans ma tête mais une chose était réelle : tous les trandoshans étaient morts à côté de moi, corps désarticulés, sans vie, sans avenir. Je compris alors que j'avais le don de la force mais j'étais saisi par le désespoir et seul retrouver Amberle comptait pour moi. Mais il était trop tard, ils l'avaient emmené...

Voyage

Je quittais alors Alderaan pour retrouver ma bien aimée. ce fut une longue période douloureuse où je parcouru la galaxie aussi bien dans le noyau que dans la bordure extérieure pour obtenir des informations sur les trandoshans. Je fus contraint de rechercher des informations dans des endroits où le crime et la duperie étaient maîtresses certains endroits si douteux que pour les décrire je transgresserais la syntaxe. Des bas fonds de Coruscant au système éloigné de Drexel, j'étais en quête de vengeance, mon esprit était malmené et j'utilisais la force avec violence sans en comprendre les implications.
C'est alors que dans une cantina d'une planète dont j'ai oublié le nom je fis une heureuse rencontre d'un marchand qui me disait avoir vu des trandoshans vendre des femmes devenues esclaves de Chevins, ces êtres à l'apparence éléphantesque sur un monde éloigné du nom d'Apatros. Avant de m'y rendre ce marchand me conseilla de m'entrainer si je ne voulais pas finir ma vie prématuremment.

Le combat

C'est ce que je fis, je commencai par combattre dans l'arène pour des hutts malveillants mais je n'étais pas encore assez bon et par hasard j'appris que des guerriers echanis avaient ouvert une école de formation à la vibrolame. Je m'y rendis et pendant presque un an, je suivis une discipline quasi militaire fait d'entrainement incessants. Je ne rechignais jamais à la tâche et j'étais devenu un bretteur tout à fait correct. Mais pour pouvoir quitter l'école, il fallait que je batte en duel un des maîtres échanis. Je m'entrainai alors de plus en plus améliorant ma technique au point que j'étais un des meilleurs élèves de l'école.
Je me rappelle le jour du combat, tous les élèves assistaient en compagnie de leurs maîtres mais moi j'étais seul dans le sable de l'arène avec ma vibrolame. On m'avait assigné un des meilleurs épéistes de l'école : maître Vooor. Nous échangeames quelques coups puis le combat s'intensifia très vite : coup de taille, coup d'estoc, nos lames bougeaient si vite qu'on aurait dit qu'elles ne faisaient qu'une. Je sentais mes forces défaillir et je savais que j'allais perdre alors je tentai le tout pour le tout, je me baissai pour éviter sa lame, fit une roulade, para un coup de taille et de la pointe de ma lame je lui toucha la jugulaire. J'avais réussi !
J'étais prêt à affronter les chevins.

Réalité

Je me rendis alors sur Apatros et rongé par la haine et fort de mes nouveaux talents, je persécutait tous ceux qui se mettaient en travers de ma route. J'appris alors qu'Amberle avit été vendu à un marchand du nom de Roolic Squinterver. Je me précipitai chez lui et après l'avoir menacé je lui demandé où était ma femme. Et là le désespoir s'abattit sur moi lorsqu'il m'annonca qu'elle était décédée, infecté par la peste des rakghouls. Tous mes espoirs étaient réduits à néant, toute ma vie ne serait plus que souffrance, je ne pouvais retenir mes larmes et repenser au visage d'Amberle lorsque je l'avais vu pour la dernière fois. Devenant fou de rage, je m'abandonnai au côté obscur, obscurci par mes émotions pout tuer cet affreux chevin et toute sa race mais malheureusement celui ci avait eu vent de mes agissements et avait contacté les services d'un chasseur de primes. Ce chasseur de prime, caché dans la maison du chevin, dégaina alors son blaster et me tira sur la joue. Je tombai alors inconscient sur le sol froid.

Vivre ou mourir ?

Je me suis éveillé dans une chambre blanche où était disposé de nombreux appareils médicaux et une lumière blafarde inondait mon visage. "Où étais je ?" Je me levai et contempla mon visage, il était tout à fait normal mais je sentais la moitié gauche de celui ci me tirailler. Je me précipitai dans le couloir pour savoir quel était cet endroit avant de découvrir que j'étais dans une station médicale d' Apatros et que j'avais été sauvé par un autre chevin qui connaissait mon histoire. Mon visage avait été reconstitué, j'étais à moitié humain, à moitié cyborg mais une greffe de peau n'y laissai rien paraître. J'étais furieux car j'aurais voulu mourir ce jour là, je n'aurais pas pu vivre sans elle. J'étais furieux contre cette station médicale qui avait fait de moi un monstre. Ce que je fis alors était cruel, barbare, sanguinaire, je n'avais plus toute ma raison, moi d'ordinaire si doux. Je massacrai toute le personnel médical avec une sauvagerie effrénée : le sang maculait les murs et des corps jonchaient les salles d'opérations. Ma vie était brisée; je brisais la leur. M'adonnant au côté obscur je rentrai dans une rage berserk tuant et massacrant.

Rédemption

Pourtant cela ne m'appaisait pas et je gardais cette amertume et cette rancoeur au plus profond de mon être. C'est alors que je décidai, alors que j'avais tout perdu : mon visage, Amberle, mon humanité de me repentir et de rechercher s'il était possible la voie de la rédemption à Ossus. C'est ainsi que je voyageai jusqu'à Ossus, dépensant mes dernières économies pour me rendre à l'académie jedi. J'avais 25 ans et on ne devient plus jedi à cet âge là mais arrivé sur place je contai mon histoire à Visas Marr qui accepta de me trouver un maître pour me former à condition que je laisse tout mon passé derrière moi. C'est ce que je fis et tous les jours j'appris à oublier les événements de ma vie pour me consacrer au côté clair de la force avec ferveur.
C'est ainsi que 5 ans plus tard, je devins chevalier jedi en tant que gardien car ma matrise au sabre était excellente alors que la force n'était pas mon point fort. Cependant, l'épreuve pour y parvenir n'était pas simple car elle mettait ma loyauté à rude épreuve. En effet une des épreuves était de résister au côté obscur de la force. Les maitres jedi, connaissant mon passé, avaient utilisé des hologrammes représentant Amberle se faire capturer par les trandoshans pour évaluer ma résistance à ces images chocs. Ce fût très difficile car revoir ces images m'emplit le coeur de désespoir et j'avais envie de massacrer ces trandoshans en hologramme mais je parvins finalement à me contrôler dans un effort de volonté extrême et je les battit sereinement. J'avais réussi !

Aujourd'hui je me consacre à plein temps au maniement du sabre et à l'érudition car retrouvé une grande partie de la bibliothèque d'Ossus me passionant pour les holocrons, vestiges de temps plus anciens.....



Autres précisions: Je hais les trandoshans et les Chevins.
Je ne vis que pour servire la République mais par par amour de celle-ci, plutôt comme un repentir.
Je suis un érudit mais ma connaissance de la force me pousse à croire qu'un jedi pourrait décupler ses pouvoirs en embrassant les deux côtés de la force.






Dernière édition par Beyl Antilles le Mar 27 Juil - 8:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beyl Antilles
PJ
avatar

Nombre de messages : 14
Race : Humain
Date d'inscription : 26/07/2010

MessageSujet: Re: Beyl Antilles (OK)   Lun 26 Juil - 11:54

CARACTERISTIQUES.




Blessure : ................................ 3

Défense : ................................ 2


Athlétisme : ............................. 2

Combat à distance : .................... 0

Combat au Contact : ............... 4

Discrétion : .............................. 0

Informatique : ......................... 0

Médecine : .............................. 2

Persuasion : ............................ 2

Pilotage : ................................ 0

Réparation : ............................ 0

Sabotage : .............................. 0

Vigilance : ............................... 3


Expertise : (au choix) .............. 2
Histoire
Jedi

Force : ..................................... 1
3 - Empathie

Langage : ................................ 3
vieux corellien
Basique
Mando'a

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beyl Antilles
PJ
avatar

Nombre de messages : 14
Race : Humain
Date d'inscription : 26/07/2010

MessageSujet: Re: Beyl Antilles (OK)   Lun 26 Juil - 11:57

Bourse: 0 crédits républicains

Armement:
Sabre Laser bleu (A+1/D+1)
Bure de jedi

Materiel: -/-

Vaisseau/Vehicule: -/-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Agen
Sith
Sith
avatar

Nombre de messages : 285
Age : 26
Race : Humain
Date d'inscription : 06/07/2006

MessageSujet: Re: Beyl Antilles (OK)   Lun 26 Juil - 14:47

Bienvenue à toi Beyl Antilles.

Ton histoire est triste, mais intéressante. C'est d'ailleurs assez original, et ça me plait bien d'ailleurs Wink
Par contre ... enfin avec un profil et un passé comme le tien, je peux difficilement concevoir que tu ais pu passé Chevalier Jedi comme ça, sans épreuve de " résistance du coté obscur " si je puis dire. Si tu pouvais rajouter un petit quelque chose la dessus ( 5-6 lignes suffiront largement ), pour dire ce qui a convaincu Visas de te faire passer Chevalier Jedi.

Sinon le reste, je dis chapeau cheers

Je te VALIDE dès maintenant, et tu pourras faire ton premier post dans l'académie jedi d'Ossus.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Beyl Antilles (OK)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Beyl Antilles (OK)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 700 étudiants haitiens aux universités des Antilles et de la Guyane
» Wedge Antilles
» MENTOR ANTILLES ET MODERNITE
» PPS voyages (divers)
» Les changements climatiques menacent le tourisme dans les Caraibes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La VIEILLE REPUBLIQUE - LE JEU :: WHO'S WHO :: PERSONNAGES-
Sauter vers: